PRI, vivre inspiré par l’amour, la compassion et en connexion

Ingeborg Bosch

À propos de l’auteur

Le Dr Ingeborg Bosch (née en Iran en 1960 de parents néerlandais) a obtenu le Diplôme d’études en psychologie sociale de l’Université d’Amsterdam en 1986. Son mémoire de fin d’études portait sur les principes du changement de comportement fondés sur les principes du conditionnement. Son sujet de recherche, qui portait sur le changement de comportement des enfants inscrits à l’école primaire, a attiré l’attention des médias néerlandais. Elle a notamment donné une entrevue au journal télévisé pour les jeunes Nos et été interviewée par Tineke de Nooy, animatrice de l’émission Tineke.

Alors qu’elle était étudiante en maîtrise, elle a choisi la philosophie orientale comme matière secondaire. Depuis l’âge de quinze ans, Ingeborg Bosch Bonomo est passionnée par les approches orientales, notamment par Krishnamurti, le bouddhisme zen et Advaita Vedanta.

Après avoir obtenu sa maîtrise en psychologie, elle s’est lancée à son compte en tant que conseillère en orientation professionnelle. Elle est également très vite devenue conseillère en management spécialisée dans l’élaboration et la mise en œuvre de processus de changement de culture au sein des grandes entreprises.

En 1989, elle a collaboré à la mise en place d’un cours télévisé intitulé « Chercher un emploi, trouver un emploi ». Elle a élaboré le programme de ce cours ainsi que le synopsis des émissions de radio et de télévision qui en ont résulté, et elle a présenté la matière du cours dans le cadre de cinq émissions télévisées.

Son rôle en tant que consultante auprès des personnes désirant changer ou améliorer leur mode de fonctionnement n’a cessé de prendre de l’importance. Le cadre théorique de ses interventions était fondé sur l’analyse transactionnelle. C’est à cette époque, au début des années quatre-vingt-dix, qu’Ingeborg a été captivée par les travaux d’Alice Miller, qui ont inspiré sa démarche sur le plan théorique aussi bien que personnel. Sur ce dernier plan, Ingeborg n’avait plus d’autre choix que de faire face à la douleur qu’elle avait connue dans son enfance. C’est à travers cette démarche personnelle qu’elle a pu tester réellement la véracité des dires d’Alice Miller et les comprendre avec sa tête et, surtout, avec son cœur.

Comme cela se produit souvent, cette démarche personnelle l’incita à modifier la nature de ses activités professionnelles. Son travail avait en effet déjà souvent, du moins implicitement, un caractère thérapeutique. Elle décida que ce serait désormais ouvertement le cas. À cette époque, elle prit connaissance du livre de Jean Jenson, Reclaiming Your Life, qui n’avait pas encore été traduit en néerlandais. Grâce à sa rencontre avec Mme Jenson, qui avait élaboré sa propre version de la thérapie primale, et grâce à une intense collaboration entre les deux femmes, Ingeborg a pu approfondir sa connaissance des méthodes élaborées par Jean Jenson, pour ensuite combiner ces dernières à sa formation, à ses connaissances et à ses expériences personnelles. Finalement, Ingeborg a développé en l’an 2000 une thérapie fondamentalement innovatrice : la PRI (Past Reality Integration, ou intégration de la réalité passée en français). Une thérapie qui non seulement jette un pont entre les concepts orientaux et occidentaux, mais qui préconise également une approche fondamentalement nouvelle des problèmes émotionnels : nos problèmes ne sont pas ce que nous croyons qu’ils sont, nos problèmes sont « simplement » un moyen par lequel notre conscience détourne notre attention de nos vrais problèmes, qui se trouvent généralement dissimulés au fin fond de notre cerveau émotionnel (inconscient).

La PRI consiste en une combinaison spécifique :

  • de concepts orientaux séculaires :
    • l’auto-observation comme fondement et
    • la nécessité de démasquer la nature illusoire de notre identité; et
  • de concepts thérapeutiques occidentaux éprouvés :
    • les principes comportementaux et cognitifs : le déconditionnement des comportements et des pensées destructeurs fortement ancrés et la restructuration cognitive, et:
    • le travail sur les émotions : « exposition » au moyen de techniques spécifiques destinées à démasquer nos peurs et à localiser la source de nos émotions dans le passé.

En l’an 2000 est parue aux Pays-Bas la version originale de Guérir les traces du passé, dans lequel Ingeborg explique les fondements théoriques aussi bien que les aspects pratiques de la théorie de la PRI. Cet ouvrage a suscité de nombreuses réactions de la part des lecteurs : d’un côté des réactions enthousiastes et des critiques dithyrambiques, de l’autre de nombreuses questions sur la manière de mettre la PRI en pratique. C’est dans le but de répondre à toutes ces interrogations qu’Ingeborg a jugé utile d’écrire Illusions.

En 2003, elle a collaboré à la réalisation de l’émission de télévision intitulée Home SweetHome, diffusée aux Pays-Bas, dans laquelle elle intègre ses idées dans le cadre d’interviews réalisées auprès de nombreuses personnalités néerlandaises. Elle a ensuite participé à l’adaptation pour la télévision néerlandaise de Een baby’s wereld (Le monde de bébé), dans laquelle elle émet son point de vue sur l’éducation.

La version française de Guérir les traces du passé est parue en octobre 2005 en France et au Canada, suivie en 2007 de l’édition italienne. La version française d’Illusions est parue au début de 2008 en France et au Canada.

Ingeborg Bosch s’occupe toujours de PRI de diverses manières, depuis sa résidence située dans le sud de la France. De concert avec tous les thérapeutes qu’elle a formés en PRI, elle se consacre à répandre l’information selon laquelle nos émotions ne sont généralement pas engendrées par des événements actuels, et grâce à laquelle les gens peuvent mettre un terme à la prise d’otages par leurs émotions. Elle passe le plus clair de son temps à former de nouveaux thérapeutes aptes à appliquer la PRI, de même qu’à diriger des programmes intensifs. Elle continue en outre de poursuivre le développement de la PRI et d’écrire sur ce sujet. En août 2007 est paru son troisième ouvrage, intitulé De onschuldige gevangene (Le prisonnier innocent), qui porte sur la PRI et l’éducation.

Ingeborg Bosch attache beaucoup d’importance à la diffusion des idées concernant l’éducation des enfants : leurs besoins émotionnels, leur vulnérabilité et les conséquences que peut avoir, tant sur le plan individuel que sur le plan social, une éducation faite avec les meilleures intentions du monde mais qui ne tient pas compte des besoins réels des enfants.

En décembre 2010, son quatrième livre est paru en néerlandais « PRI en de kunst van bewust leven » (PRI et l’art de vivre en pleine conscience). La version française de ce livre est prévue pour fin 2011.