PRI, vivre inspiré par l’amour, la compassion et en connexion

PRI et l'éducation des enfants

La maltraitance des enfants

La maltraitance des enfants exige une approche ferme

La politique devrait faire plus pour éviter la maltraitance des enfants. C’est la conviction de l’association Raak (groupe de réflexion et d’action sur la maltraitance des enfants), sous la présidence de l’ancien psychiatre Mr Dries van Dantzig
Source:  de Volkskrant, quotidien national, 21 mai 2002

Par une campagne publicitaire, Raak demande à tous les députés de donner plus d’attention à la maltraitance des enfants. La réaction des parlementaires sera publiée sur une page d’annonce publicitaire dans plusieurs quotidiens nationaux. La campagne commence mercredi, le jour d’installation des nouveaux députés. Le 20 novembre, journée des Droits de l’Enfant, un plan d’action devrait être présenté.

En haut de la liste des souhaits de Raak se trouve un test à effectuer dans une région qui viendrait à l’aide aux parents pour l’éducation de leurs enfants. Toutes les instances de la région qui ont affaire aux parents et leurs enfants devront travailler ensemble et proposer de l’aide aux parents qui le souhaitent : la sage-femme, la PMI, la crèche jusqu’à la protection de l’enfance, l’école et les clubs sportifs.

Si le test est un succès, cette manière de travailler pourra être introduite dans tout le pays. Raak a déjà présenté le projet au secrétaire d’état.

A la demande de Raak, l’idée a été développé par Jo Hermanns, professeur de faculté en pédagogie à Amsterdam. L’objectif est de prévenir la maltraitance en aidant les parents d’une manière rapide et accessible. Hermanns : ‘La maltraitance est la suite d’une éducation qui tourne mal, de problèmes familiaux mais surtout d’un manque de signalement de problèmes et le manque de soutien pour les familles en difficulté.
Différentes formes d’aide existent déjà mais sont très dispersées, pas disponible à une seule adresse et souvent pas assez directe. Chaque quartier problématique a un nouveau projet mais on n’a pas une approche très structurelle. Le but à atteindre est que tous se sentent responsables pour les enfants.’

Hermanns ne veut pas forcer les parents à suivre des stages d’éducation. ‘Il faut aider les parents. Si ça ne marche pas, nous agissons autrement. C’est comme sur la route. A l’école on nous apprend à respecter le code de la route comme des citoyens responsables. On est puni que si on transgresse les règles’.