PRI, vivre inspiré par l’amour, la compassion et en connexion

Structure phase 3

Structure de la méthode de la PRI : phase 3

Phase 3 : La régression (l’émotion)

Après le travail cognitif et comportemental des phases 1 et 2, la composante émotionnelle reçoit une attention particulière par l’intermédiaire de la régression.

  • La régression avec l’assistance d’un thérapeute sert principalement à apprendre au client à faire une régression seul, et non à le guérir. Cette phase se termine lorsque le client sait faire une régression tout seul, sans avoir besoin d’être assisté. Certaines personnes mettent beaucoup de temps à apprendre à le pratiquer, tan disque d’autres y parviennent avec très peu d’assistance ou même sans aucune assistance du tout.
  • Il est important de faire des régressions tout seul pour réussir à faire ressurgir les anciennes douleurs connectées à l’ancienne réalité.
    Autrement dit, la régression nous donne accès au contenu refoulé de notre conscience d’enfant alors que nous sommes dans notre conscience d’adulte, afin que nous puissions reconnaître précisément, à l’aide de notre conscience d’adulte, notre ancienne douleur et l’ancienne réalité qui l’a causée. C’est ce qui permet l’intégration de l’ancienne douleur et l’ancienne réalité correspondante, à notre conscience d’adulte. En principe cette phase ne dure qu’un temps. A partir du moment où nous sommes devenus conscients de ce à quoi cette ancienne réalité refoulée ressemblait dans ses grandes lignes et comment nous avons dû ressentir cela en tant qu’enfant, nous n’avons plus besoin de faire une régression pour ressentir à nouveau cette ancienne douleur à chaque fois qu’un symbole se présente à nous. Une fois ce stade atteint, la régression demeure utile uniquement dans les cas où un symbole provoque une très forte réaction (exagérée ou minimisée), qui rend impossible le passage à la phase 4 : la conscience duale. C’est également le cas lorsque nous sommes confrontés à un nouveau symbole et à une douleur à laquelle nous n’avons pas encore accédés et que nous n’avons donc pas connectée à notre ancienne réalité.

Les régressions peuvent aussi être considérées comme une forme d’exposition et c’est d’ailleurs souvent le cas lorsque nous renversons nos défenses. En effet, pendant une régression, nous nous exposons délibérément à d’anciennes situations et d’anciennes émotions que nous préférerions éviter.
 

Cliquez ici pour lire la phase 4 de la structure de la méthode de la P.R.I.